L'exploitation a été créée en 1886, avec l'acquisition de la propriété située à Restigné, au croisement de l'actuelle route de Bourgueil et de la route de La Chapelle.
Elle est située à "La Closerie des Mesliers" qui tient son nom des Mesles (Nefles) qui y poussaient autrefois.

Du Vin, des étiquettes, et des hommes... 

        

L'histoire familiale se tisse depuis de nombreuses générations d'hommes et de femmes passionnés. 4 exactement avant moi.

Ici des photos datant des années d'activité des parents de mes beaux parents, Jean RENOU et Janine POUPINEAU RENOU, Jacky LAMBERT et Odette RIDEAU LAMBERT.

        

 

Ici des photos datant des années d'exploitation de mes beaux parents, Alain RENOU et Yolande LAMBERT RENOU.
 Ici leurs pères respectifs :     

     

Sabrina RENOU, ma belle sœur, aurait dû incarner la 5ème génération de viticulteurs-coopérateurs-exploitants.
Depuis ses 20 ans, elle travaillait avec passion aux côtés de ses parents, mes beaux parents, Alain RENOU et Yolande LAMBERT RENOU et elle devait naturellement reprendre le flambeau en janvier 2017.
La vie et ses tumultes imprévisibles ont conduit à ce que Sabrina nous quitte tragiquement lors de sa 33ème année.

C'est alors que, mon épouse Caroline, la grande sœur de Sabrina, et moi, avons décidé qu'une 5ème génération continuerait l'histoire familiale à travers moi.

Après 13 années à travailler dans l'optique, j'ai totalement changé de métier.
J'ai durant 3 années, écouté les conseils avisés et expérimentés de mes beaux parents, Alain et Yolande.
J'ai appris "sur le terrain", jour après jour, chaque geste du métier, dans les vignes et en cave aux côtés de ma belle maman et sous le regard bienveillant de mon beau père qui m'enseignent avec patience les multiples facettes de ce métier de passionnés.
Cette passion, je l'ai. Je retrouve les émotions ressenties lorsque j'étais enfant, à la ferme de mes grands-parents, Joseph et Odette FUSEAU, agriculteurs eux aussi.

C'est avec enthousiasme que je tente aujourd'hui l'expérience de m'installer.

Ainsi débute, dans le respect de cette histoire, La Grappe à l'Oeil.

Parce que de l'œil à la grappe, toute l'année, il faut avoir "La Grappe à l'Oeil".
                                 

DSC_5212.JPG  

   

Stéphane DUBOIS